En venant aux Etats-Unis, j’avoue que celui qui m’aurait dit : « tu sais ma fille, ici il va falloir que tu te remettes à faire ton pain, ta lessive, etc… Tout à la main et à l’ancienne ! », Je lui aurais ri au nez.

Allez quoi ! Ils ont quand même envoyé des mecs sur la lune ! Et les premiers en plus !

Et bien, si je fais le bilan, au bout d’un an j’ai investi dans une machine à pain (comme 90% des françaises qui sont ici). Et au bout de deux ans, je viens de faire ma propre poudre à laver le linge… C’est un autre constat à faire : si leurs machines à laver ne lavent pas, leurs poudres non plus. Enfin pas bien. Les taches se transforment en auréoles, ce qui, présentés par des américains devraient déjà nous remplir de joie ! Sauf que, sous notre œil hyper critique de français râleurs et jamais contents, ce n’est pas satisfaisant. Pas satisfaisant DU TOUT.

Heureusement, ici, il y a internet, même au fond des bois, et on trouve de tout, même comment faire sa propre poudre à laver le linge. Et au passage en faisant de sacrées économies. Voyez plutôt : le bidon de lessive de 3L est vendu 15$ en moyenne. Avec ma recette, les ingrédients de base m’ont couté environ 6$ mais j’ai pu faire l’équivalent de deux bidons de 3L. Donc pour faire un comparatif, mon bidon de 3L me coûte désormais 3$ au lieu de 15$. De plus, les taches partent (et le tissu reste…. Pour les esprits malicieux !). Et je sais désormais ce qu’il y a dedans ! En l’occurrence un pain de savon de Marseille (un équivalent, l’odeur est à peut près la même), et deux autres produits vieux comme Hérode (déjà connu du temps des grands-mères !). J’ai rajouté des gouttes d’huile de lavande et voilà ma mixture prête !

DSC08501

Ah mais ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit ! Les américaines ne font pas ça du tout… Cette solution est promue par celles qui sont écolos… ou fauchées. Uniquement.

Les autres (95%) ne lavent pas leurs affaires elles mêmes (trop dégoutant). Donc, soit elles les amènent au pressing, beaucoup plus écologiques, ou bien, autre solution, elles ont une femme de ménage mexicaine qui va les laver à la main, beaucoup plus économique.