Nous avions besoin d’une voiture pour rejoindre nos copains en Indiana, mais nous ne voulions pas la prendre pendant notre séjour à Chicago « intra-muros ». Les parkings sont hors de prix et ceux des hôtels ne sont pas moins chers. Pas de bon deal sur internet, sauf à prendre la voiture sur la semaine… Mais alors il fallait payer un parking… Hors de question ! On s’est donc dit qu’une fois sur place on verrait bien. J’avais relevé trois, quatre adresses de loueurs qui se situaient en centre ville. Et nos pas ont croisé un de ceux là. Yepee.

Déjà sur le parking, nous avions vu qu’ils en avaient encore plein… Bon signe !

On pousse donc la porte du bureau.

-         Bonjour, voilà, nous voudrions louer une voiture du mercredi au samedi. Vous avez quelque chose à nous proposer ?

-         Oui, bien sur…. Mais pas à partir de mercredi. Il faudrait la prendre à partir d’aujourd’hui (nous étions lundi).

-         A voir. Quel est votre tarif ?

-         Alors en partant de maintenant, pour un retour samedi avant 13h, parce qu’après on ferme, compte tenu que ça fait xx dollars par miles, mais aussi que ça fait xx dollars par personne, sans compter que vous n’avez pas de chien, hein, si je prends la couleur des cheveux de ma mère et que je la compare avec la couleur de la voiture, etc….

-         Stop ! Ce n’est pas la pleine de nous donner le détail de votre calcul. Dites nous juste COMBIEN on va PAYER, à la fin, en TTC. Ca nous suffira.

-         400 dollars.

-         ….

Là Laurent lui a gentiment fait remarquer que si on venait en personne dans son agence, on avait quand même un peu vu les prix sur internet, et donc là il se foutait un peu de notre gueule, l’ange en costume… Mais il ne pouvait pas faire mieux. Et ben alors c’est NO DEAL ! Au revoir Monsieur (ne pas hésiter une seconde).

On sort… Mais on se disait : c’est marrant car il nous a bien dit qu’ils étaient complètement bookés, mais ils ont quand même beaucoup de voitures sur le parking pour un loueur qui n’aurait plus rien à louer… Alors on s’est éloigné, mais doucement, très lentement…

Et ça n’a pas loupé. Le responsable de l’agence est sorti pour nous rattraper !

-         Ecoutez, vous n’avez pas discuté avec la bonne personne (tu parles Charles !). Il ne peut pas faire les tarifs auxquels moi j’ai accès (vas y, vas y). Si vous voulez bien revenir on devrait trouver un terrain d’entente (YES ! Il veut la caser sa voiture !). Que souhaitez-vous exactement ?

-         Une voiture, de mercredi à samedi, dans les tarifs qui sont normalement pratiqués et que nous avons vu sur internet.

-         Ok. Mais il faudrait au moins me prendre la voiture demain (mardi). Mercredi on a beaucoup de réservations et ça va être l’horreur (possible vu que c’était juste avant Thanksgiving).

-         Quel tarif pour ça ?

-         Je vous le fais à 250 dollars (on avait vu 200 pour la semaine sur internet… Mais c’était pour une semaine, il aurait alors fallu que nous rajoutions le parking en ville pendant que nous étions à Chicago, soit 4 jours à environ 30 dollars par jour, soit 320 dollars TTC) (son deal était bon… Mais l’accueil du départ pas tip top… Alors…).

-         Etant donné que nous n’avons pas besoin de la voiture avant mercredi, on veut bien vous la prendre dès mardi, mais alors vous nous permettez de la laisser sur votre parking, gratuitement.

-         Ok

-         C’est bon. On signe.

Et voilà une négociation rondement menée. Une voiture, comme on voulait, et à un meilleur tarif que sur internet !

Alors en conclusion pour les futurs vacanciers aux states, toujours se souvenir qu’aux US on parle business (non ce n’est pas un gros mot que de vouloir gagner de l’argent en faisant du commerce). Bien évaluer votre « marché », offre contre demande. S’il y a plus d’offre que de demande, vous êtes en bonne position pour discuter ! Mais attention, ça marche dans les deux sens : s’ils sont surs de faire des affaires car tout le monde veut la même chose en même temps, ils ne vont rien vous lâcher et ils n’hésiteront pas non plus à augmenter les tarifs. Alors quand vous êtes en position de force, ne pas hésitez à discuter.

Dois-je vous préciser que ce qui est bon ici, ne marche pas tout à fait sur le même mode en France… Dois-je ? Pourquoi chez nous les vendeurs (qui sont par définition là pour vendre ?) préfèrent toujours ne pas faire la vente plutôt que de baisser leurs marges et faire la vente ? Pas de réponse…