Le sujet tornade ayant amené des questions, je le complète avec un billet qui explique le pourquoi-comment-parce que du phénomène. Alors :

* Comment se forme une tornade :

Pour qu'une tornade se développe, il faut que l'air soit instable, ce qui est rendu possible quand un courant d’air chaud rencontre un courant d’air froid.En montant, l'air chaud entrecoupe des vents de direction et de vitesses différentes, ce qui provoque un mouvement de spirale. La formation de la tornade a lieu quand les vents convergent de plus en plus et finissent par toucher le sol.

La partie qui relie la terre aux nuages s’appelle le vortex, le cône ou le tuba. Généralement le ciel est gris foncé, presque noir, avec une limite très nette à une certaine altitude. En dessous tout est clair (évidemment la nuit ce n’est pas visible…). L’atmosphère est électrique. Il commence ensuite à pleuvoir. Ca s’intensifie et le vent attaque (on a pu voir une fois la pluie tomber quasiment parallèlement à la route). La grêle arrive. Et puis il y a un épisode ou plus rien. Le calme plat. Quand la tornade arrive, il parait qu’on a l’impression d’entendre un train.

schema_tornade

* Classification :

On se réfère à l’échelle Fujita (Fujita scale) qui répertorie 5 niveaux.

 fujita_scale

 

* Les consignes de sécurité :

- règle n° 1: quand on est en «tornado warning» (c.a.d que toutes les conditions météos sont réunies pour produire une tornade. Vigilance !) on laisse sa télé ou radio locale allumée.

- règle n° 2 : quand on passe en «tornado watch» (c.a.d qu’une tornade a touché le sol quelque part) la météo peut alors affiner sa trajectoire et prévenir en amont de 5 à 10 minutes en donnant les noms des counties, voire des rues concernés par le passage de la tornade. Les terrains plats «nourrissent» les tornades car rien ne vient ralentir les vents tourbillonnants, donc en «tornado watch» on sort des autoroutes et on s’éloigne des rivières.

- règle n° 3 : dès que les sirènes sonnent on part à couvert dans une pièce qui doit être la plus centrale possible de la maison, la plus basse (pas dans les étages), la plus éloignée des fenêtres, avec le moins d’ouvertures possibles. C’est pour cela que généralement on finit dans un dressing, un placard ou les toilettes ! On peut aussi se couvrir avec des matelas pour se prémunir des chutes d’objets ou d’arbres.

-règle n° 4 : on prie, on attend que ça passe (surtout pas sur la maison !) ou même les deux ! Leurs prédictions météo sont excellentes mais on ne peut pas prédire où se formera la tornade. Elle ne reste pas toujours au sol. Elle peut toucher et causer des dégâts, puis à cause du terrain qui n’est pas plat, elle peut décrocher pendant quelques temps et refaire un «touchdown» nettement plus loin. Lors de l’épisode du 27 avril par exemple, la tornade a touché au sud-ouest de notre ville puis le vortex a décroché du sol, nous n’avons eu que des vents violents quand elle nous est passée au dessus de la tête et finalement elle s’est reformée à 30 minutes plus au nord-est pour toucher la base aérienne militaire de North Little Rock.

 * Faut-il avoir peur ?

Le pic est très rapide (autour des 5 minutes) et effectivement ce n’est pas agréable. Toutefois, un peu de rationalité. Les tornades tuent rarement directement (non, on ne se fait pas aspirer comme dans les films…). C’est plutôt parce que le niveau des eaux augmentent brutalement piégeant les personnes dans un véhicule par exemple ou bien ce sont des objets arrachés (tuiles, morceaux de toiture, arbres, etc) qui deviennent des projectiles mortels. Ca peut paraître effrayant à froid mais j’avais bien plus peur au début où je ne savais rien que maintenant qu’on m’a expliqué comment les tornades se forment, de quoi elles ont besoin pour se ressourcer, etc. Un grand merci à ma prof de fac ici qui a pris une heure de cours pour nous passer une vidéo à ce sujet !

 Moi ce qui me laisse baba c’est que les maisons ne soient pas toutes équipées d’abri tornade (construction en parpaing ou béton armé) de base. En bon français j’avais même dit «mais vous n’avez pas une loi qui vous oblige à le faire ?»… L’américain en face m’avait regardée avec des yeux ronds. Une loi ? Ah oui pardon. Free country. On est maitre de sa vie et de ses choix. L’Etat n’a pas à nous dire quoi faire. En même temps, quand un truc leur arrive, personne ne se plaint en maudissant ledit Etat. Ils retroussent leurs manches et n’attendent rien. Sauf que ici, les voisins et même plus loin s’organisent spontanément pour les aider. La solidarité ici n’est pas qu’un mot porté en bannière sur la poitrine pour se donner bonne conscience. Elle se voit dans des actions. Ah ben oui. Finalement une loi ne règle pas forcément tout…

 

Alors là… Je crois que vous êtes tous parés pour une tornade !! Mais nous, nous allons apprécier la fin de la saison.